HORS LES MURS

Événements organisée par le Comité Mémoire en Pays Viganais. 

Aulas, Place de la mairie
Aulas, Place de la mairie

Exposition de photos anciennes

 

Du 24 juillet au 11 août, du lundi au samedi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30 ; le dimanche de 9 h 30 à 12 h 30.

Salle d'exposition de la Maison de Pays, Le Vigan.

 

Causses et Cévennes au début du XXe siècle, photos anciennes : 

Quelle était la physionomie du Pays viganais en un temps traversé par l’optimisme de la Belle Époque et le drame de la Première Guerre mondiale ? C’est à cette question que l’exposition de cent photos d’époque, magnifiquement développées, dont certaines sont inédites, permettra de répondre. En découvrant, les paysages, les activités commerciales et artisanales, industrielles et agricoles, les moyens de communications de la région, le visiteur pourra se faire une idée du Pays viganais il y a un siècle, fort différent d’aujourd’hui et pourtant bien reconnaissable.

www.tourismecevennesnavacelles.com


Conférences


La Baïonnette , revue satirique de 1914-1918
La Baïonnette , revue satirique de 1914-1918

L'humour dans la période de 1914-1918

Mercredi 19 juillet à 20 h 30

Salle municipale La Filature, Molière-Cavaillac.

 

 

Conférence-diaporama de Laure Teisseyre et Michel Boudard.

 

L’humour est souvent un bon indicateur des préoccupations humaines et des tensions d’une société. En temps de guerre, il permet d’exorciser les peurs, d’incorporer l’insupportable à la vie de manière à la rendre plus tolérable. L’humour aide à conserver un regard lucide sur les faits et les personnages sur le Front comme à l’Arrière. À l’aide d’images provenant de revues humoristiques, Le Rire rouge, La Baïonnette ou de cartes postales dont beaucoup d’illustrateurs sont restés célèbres, la conférence montrera comment les Poilus, leurs proches et la population a résisté à l’absurdité et à la violence de la guerre en jouant de la dérision et de l’espoir qui fait vivre malgré tout.

 

Bertin Aguillon, premier pasteur protestant cévenol mort à la guerre à Hattonchatel dans la Meuse le dimanche 20 septembre 1914
Bertin Aguillon, premier pasteur protestant cévenol mort à la guerre dans la Meuse le 20 septembre 1914

Des Eglises dans la tourmente de la guerre

Vendredi 28 juillet à 17 h

Temple, Aulas.

 

Conférence de Madeleine Souche, organisée avec l’Église protestante unie d’Aulas-Arphy-Bréau.

 

Le Gard est le département où les Églises protestantes sont les plus nombreuses après la perte de l’Alsace–Lorraine : les circonscriptions comprenant Aulas, Le Vigan, Valleraugue, St-Hippolyte-du-Fort, St-Jean-du-Gard, Anduze et Alès comptent, au début du XXe siècle, plus de 50 000 membres appartenant aux diverses branches du protestantisme. Quelles perturbations les Églises protestantes et l’Église catholique ont-elles subi pendant la longue guerre de 1914 à 1918 ? En leur enlevant beaucoup de leurs conducteurs, la guerre détériore leur vie quotidienne. Les anciens pasteurs et curés sont à l’œuvre, les laïques et les femmes assument davantage de responsabilités. Les synodes annuels protestants sont perturbés mais les services, les écoles, réunions, les offices sont réorganisés, les activités d’évangélisation et les œuvres de bienfaisance continuent dans la fraternité. Mais la situation matérielle des Églises se dégrade et les souffrances des combattants et des familles sont lourdes avec les tués, les blessés, les prisonniers de très nombreux foyers. Après la guerre, des questions secondaires avant 1914 sont désormais bien présentes : le ministère des femmes, le traitement des pasteurs, leur nombre et celui de leurs postes… et la forme à donner aux relations entre les Églises.

Chemin des Dames, chemin des larmes (1917)

Mercredi 9 août à 20 h 30

 

Par François Courtin.

Salle municipale Le Cantou, Le Vigan.